Auteur: Doina Azoicăi

Abstract: The fundament for creating the network dates quite far back in time, in 1988, in Lyon, when it was founded by Professor Charles Mérieux. The history of its relation to Romania started in 1994, when the first francophone course on clinical epidemiology was delivered in our country by French trainers. RECIF (Réseau d’Epidémiologie Clinique Internationale Francophone) underwent complex evolution and gradual expansion, grounded on high quality data and on the vision of its members and people in charge. The expansion to Romania is part of the process of consolidating RECIF and is an example of collaboration in support of excellence in medical education and research.

Key words: RECIF, clinical epidemiology, excellence in medical education and research

Introduction

Après 1989 les portes ont été ouvertes pour la Roumanie. Les universités de médecine ont été engagées dans des échanges éducationnels et scientifiques avec le monde entier.

C’est toujours les jeux de la chance qu’en 1994 au Rectorat de l’Université de Médecine et Pharmacie de Iași a été enregistrée une information concernant un cours nouveau pour l’enseignement médical roumain, cours organisé par les collègues de Bucarest en partenariat avec l’Université Gange Blanche de Lyon (France). L’annonce est arrivée le vendredi après-midi et le commencement du cours était prévu pour le lundi matin. Pour moi, une jeune épidémiologiste, la thèse de doctorat que je préparais en  « Epidémiologie clinique » a été un argument très fort pour dépasser tous les obstacles et d’être présente à huit heures du matin à la bibliothèque de l’Université  de Médecine et Pharmacie « Carol Davila » de Bucarest pour apprendre des connaissances qui en Roumanie étaient présentées pour la première fois.

 

La première formation francophone en Roumanie en épidémiologie clinique

Pour les temps actuels rien n’est pas spectaculaire, mais pour l’année 1994 tout était nouveau – un cours avec des invités de France, intégralement en français, dans un domaine nouveau. Deux jeunes médecins qui venaient d’une grande université de France, Dr. Pierre Duhaut et Dr. François Chapuis ont rencontré un nombre réduit d’enthousiastes, de diverses spécialités (épidémiologistes, cliniciens de médicine interne, chirurgiens etc.), tous attendant la première explication : qu’est-ce que c’est l’Epidémiologie clinique. La manière très agréable des présentations faites par les jeunes enseignants (ayant quand même une vaste expérience dans le domaine, exercée dans des missions de formation dans nombreux pays francophones) et le programme d’une semaine très bien organisé, avec des informations théoriques le matin et des ateliers de travail pratique l’après-midi, ont été pour nous une très bonne leçon.

Aucune absence, aucune motivation acceptée pour des interruptions du programme établi. Le deuxième jour nous sommes restés encore moins nombreux mais très enchantés et très impliqués dans le travail interactif où nos opinions ont été toujours prises en considération comme très importantes. La langue française, apprise pendant les études secondaires et à la faculté, est devenue plus abordable et plus familière. J’ai remercié mille fois à ce moment, et également après, à Madame Professeur Carmen Dinescu, mon professeur de français à l’université, pour le courage, dans une époque difficile pour notre pays, de partager avec nous l’amour pour la France, pour une langue étrangère et pour apprendre le français médical très utile dans toute ma carrière. Avec patience et cordialement nos jeunes professeurs ont fait des corrections de notre vocabulaire mais aussi ils nous ont donné du courage.

C’est pour la première fois que les cliniciens ont compris que l’épidémiologie n’est pas la statistique ou seulement l’évaluation populationnelle des maladies infectieuses et dans cet esprit nous avons constaté que nos préoccupations sont communes. Mes relations amicales et professionnelles avec les collègues cliniciens ont commencé avec cette occasion spéciale. J’ai évoqué ce cadre parce qu’il est resté comme un moment très fort dans ma mémoire, comme un moment qui a changé mon avenir et l’avenir de l’épidémiologie en Roumanie.

 

Définitions et chronologie

L’épidémiologie clinique est un outil pour étudier les phénomènes individuels, mais surtout dans la population générale qui sont enregistrés dans le contexte de la pathologie infectieuse ou dans les maladies chroniques.

Après 2007 (l’adhésion de la Roumanie, comme état membre, à l’Union Européen)  dans le curriculum des facultés de médecine a été introduit ce domaine sous la dénomination de méthodologie de la recherche, qui a été prévue dans le programme de préparation des doctorants ou d’autres spécialistes en vue de réaliser une recherche correcte avec des résultats pertinents dans l’esprit du nouveau concept de la Médecine Basée sur les Preuves (Evidence Based Medicine).

Les cours d’épidémiologie clinique se sont déroulés en quatre directions: à Bucarest (1994 – 1997), à Iasi (1995-1998), à Tg.Mures (2003-2006) et à Cluj-Napoca (2009-2012) dans la perspective de l’accréditation d’Unités d’Epidémiologie Clinique dans chaque université et en vue de la création d’une structure en réseau dans le cadre plus large du Réseau d’Epidémiologie Clinique International Francophone (RECIF). Nous avons des sentiments de reconnaissance profonde pour Monsieur le Professeur Pierre Duhaut qui a déroulé des missions en Roumanie pour soutenir nos progrès dans le domaine de l’Epidémiologie Clinique, qui a matérialisé l’idée d’un réseau roumain et qui nous a donné un exemple de noblesse et d’amitié.

Description et fonctionnement du réseau

Le RECIF a été créé en 1988 à Lyon à l’initiative de Charles Mérieux réunissant trois partenaires: l’Université Claude Bernard Lyon 1, la Fondation Mérieux et les Hospices Civils de Lyon. Au décès de Charles Mérieux, la fondation Mérieux s’est retirée du RECIF pour céder la place à Trace Eléments – institut pour l’UNESCO. Les trois partenaires du RECIF mettent à sa disposition du personnel administratif et hospitalier, des locaux et des moyens financiers.

Après avoir formé une équipe lyonnaise de cliniciens épidémiologistes dans des pays anglophones (Etats-Unis, Canada et Australie), le RECIF a lancé son premier enseignement à Lyon. Il a noué des liens avec des pays francophones en organisant des séminaires intensifs régionaux. Les contacts avec les cliniciens étrangers se sont multipliés et ont abouti à la création d’Unités d’Epidémiologie Clinique (UEC) puis de Centres d’Enseignement et de Ressources en Epidémiologie Clinique (CEREC) accrédités par le RECIF et reconnus par l’INCLEN.

Le RECIF constitue, sous le nom d’EuroMedCLEN, la partie francophone du réseau INCLEN (International Clinical Epidemiology Network) qui a été accréditée en 1992 par l’INCLEN comme Unité d’Epidémiologie Clinique puis, en 1998, comme Centre d’Enseignement et de Ressources pour l’Epidémiologie Clinique.

Le RECIF a défini sa mission dans les directions suivantes : promouvoir  l’enseignement et la recherche appliquée en épidémiologie clinique dans les pays francophones et européens ; favoriser l’émergence des concepts de l’épidémiologie clinique par des méthodes quantitatives et qualitatives et participer à l’amélioration du système de santé et à la prise en charge des besoins de santé des populations.

En 2001 le RECIF a commencé  les accréditations  des UEC de Bucarest et de Iași (Roumanie), en 2004 l’accréditation des CEREC de Lausanne (Suisse) et de Laval (Québec) et de l’UEC d’Amiens (France). Ultérieurement ont été accréditées  par le RECIF d’autres UEC : celui de Tirgu Mures (Roumanie) – 2006, l’UEC d’Annaba (Algérie) – 2008, l’UEC de Cluj (Roumanie) – 2012.

Le RECIF est un groupement scientifique dont le siège central est situé à Lyon (Conseil d’Administration, Conseil Scientifique, Bureau). Le RECIF a été créé et dynamisé par Madame Pr. Dr. Hélène Pellet, beaucoup d’années  Doyen de la Faculté de Médecine Grange Blanche de Lyon et qui a représenté cette structure dans le cadre de la Conférence Internationale des Doyens des Facultés de Médecine Francophones (CIDMEF). Son esprit créatif et visionnaire, animé par une formation scientifique à un niveau d’excellence et suivie d’une grande générosité ne sera pas  oublié. Après sa regrettable mort le Conseil d’Administration du RECIF a été présidé par Monsieur le Professeur Yves Matillon et par le Professeur René Mornex (Président d’honneur). Le bureau RECIF est formé par : Mme Charlotte Barthe (Coordinatrice du RECIF),

Dr François Chapuis, Professeur Roland Chapurlat, Professeur Pierre Farge, Professeur Yves Matillon et Professeur Anne-Marie Schott.

Dix universités sont en relation avec le siège de Lyon: six Centres d’Enseignement et de Ressources en Epidémiologie Clinique (CEREC) d’envergure internationale, ayant chacun un responsable : Aarhus (Danemark) – Professeur Henrik Sorensen ; Amiens (France) – Professeur Pierre Duhaut ; Lausanne (Suisse) – Professeur Bernard Burnand ; Lyon (France) – Professeur Anne-Marie Schott ; Québec (Canada) – Professeur François Meyer ; Iasi ( Roumanie) – Professeur Doina Azoicai et 6 Unités d’Epidémiologie Clinique (UEC) de rayonnement local: Lyon (France) Handicap, Dépendance et Vunérabilité – Dr. Isabelle Poirot et Professeur Eric Nicolas Bory, Bucarest (Roumanie) – Professeur Cristian Baicus, Tirgu Mures (Roumanie) – Professeur Angela Borda, Cluj- Napoca (Roumanie) – Maître de Conférences Irina Brumboiu, Annaba (Algérie) – Professeur Monia Namouni, Liège (Belgique) – Professeur Olivier Bruyère. Ces entités sont autonomes mais bénéficient du soutien du réseau qui leur facilite de collaborer entre elles dans l’enseignement et dans la recherche.

Des Etats Généraux sont organisés tous les deux ans au cours desquels les membres du RECIF se rencontrent pour discuter de l’avancement de leurs projets.

Les relations entre le RECIF et des pays d’à peu près tous les continents se sont étendues et se sont développées pendant les années. En effet, afin d’approfondir ces relations, le RECIF organise des séminaires de formation à la recherche clinique dans les facultés de médecine demandeuses et œuvre à la création et au développement de nouvelles unités d’épidémiologie clinique pour les pays francophones qui en ont le désir.

La création de centres francophones de formation et de recherche en épidémiologie clinique est réalisée à la demande du Doyen d’une faculté de médecine et des enseignants cliniciens qui sont intéressés pour créer une Unité d’Epidémiologie Clinique. Ils commencent par se former à Lyon et organisent ensuite dans leur pays des séminaires avec le soutien pédagogique du RECIF. Par la suite, une convention interuniversitaire est signée et, si le RECIF considère le projet solide, il fait l’accréditation de la nouvelle Unité d’Epidémiologie Clinique. Ainsi, l’accréditation d’une Unité d’Epidémiologie Clinique s’effectue à l’issue de plusieurs étapes : soumission du projet de développement d’une Unité d’Epidémiologie Clinique au Conseil d’Administration du RECIF ; formation de médecins cliniciens susceptibles de s’impliquer durablement dans le projet ; participation de ces cliniciens à Lyon à un séminaire intensif d’épidémiologie clinique (une semaine), ou stage de longue durée (9 mois) avec formation accomplie par diplôme universitaire de recherche clinique ; organisation de séminaires d’épidémiologie clinique par les membres du RECIF et les cliniciens déjà formés dans la faculté qui est à l’origine du projet; accréditation de l’Unité d’Epidémiologie Clinique après une visite du site, poursuite du soutien méthodologique du RECIF après l’accréditation.

Le RECIF gère directement ou est impliqué dans de nombreux enseignements universitaires. A Lyon, depuis 1993, des éléments propres à la recherche clinique ont été intégrés aux études médicales de l’Université Claude Bernard (modules de sciences humaines et sociales du premier cycle, introduction au raisonnement médical, formation à la lecture critique de l’article scientifique, à la recherche clinique, à l’évaluation en deuxième et troisième cycles).

Dans ce contexte on a remis de Diplômes Inter Universitaires (Ethique en Santé) ou de Masters (Master Santé et Population ou Master Recherche biomédicale). La formation médicale continue est assurée par le biais d’intéressants thèmes de formation comme, par exemple : Introduction à la recherche clinique en soins primaires (en collaboration avec le CLGE – Collège Lyonnais des Généralistes Enseignants) et à l’hôpital (dans le cadre des Hospices Civils de Lyon, un cycle de formation est proposé aux médecins hospitaliers pour favoriser la diffusion des méthodes adaptées à la mise en place de la recherche clinique à l’hôpital). Cette formation est organisée par l’unité de méthodologie en recherche clinique des HCL en partenariat avec les enseignants du RECIF. En Roumanie depuis 2007 la méthodologie de la recherche et la documentation médicale est une discipline obligatoire dans le curriculum des étudiants en médecine générale et dans d’autres spécialités. L’UEC de Iași a organisé pendant onze années des enseignements au niveau Master «  La méthodologie de la recherche des maladies multi causales » qui a formé des jeunes médecins dans le domaine de la recherche.

Les membres du RECIF (des CEREC et des UEC) offrent de l’assistance à la recherche clinique et à la rédaction des articles médicaux et ils agissent comme des consultants sur des projets de recherche clinique.

 

Elargissements vers la Roumanie

En 1995 le RECIF a réuni toutes les connaissances dans le domaine par la publication d’un livre «  La recherche clinique. De l’idée à la publication » (coordonné par Gille Landrivon et François Delahaye), aux Editions Masson, Paris.

Ce livre a été traduit en roumain par un groupe enthousiaste de jeunes médecins de l’Université de Médicine de Iași (coordonnés par Doina Azoicăi et Carmen Dinescu). Un nouvel ouvrage de RECIF : “Recherche Clinique : penser, réaliser, publier” a été  rédigé en 2010 d’une manière simple et précise à partir de la pratique hospitalière et universitaire de ses auteurs. Ce livre est destiné à tous les étudiants en médecine et aux professionnels de la santé concernés par la recherche clinique (bases méthodologiques des principaux types d’études, finalités cliniques illustrées par des exemples) et représente un support pour l’enseignement médical dans ce domaine en France, mais également dans d’autres pays francophones comme la Roumanie.

Le RECIF fait partie de CIDMEF sciences (représenté beaucoup d’années par Madame Professeur Hélène Pellet et maintenant par Professeur Doina Azoicăi) et est à ce titre consulté sur des articles rédigés par les cliniciens ou offre de la consultance pour mettre en place des protocoles pour la recherche médicale.

 

Conclusions

La Roumanie a ouvert ses portes vers la francophonie également à l’aide de RECIF et maintenant le réseau qui comprend un CEREC et cinq UEC contribue essentiellement à l’augmentation du niveau de la recherche clinique dans les universités de médecine. En perspective est en cours de préparation il y a un autre projet important, avec la contribution de CEREC de Iași, à l’aide de RECIF et des UEC de Roumanie, projet qui vise de mettre en fonction un UEC à l’Université de Médecine et de Pharmacie « Nicolae Testemiteanu » de Chișinău, République Moldave.

Le Réseau d’Epidémiologie Clinique Internationale Francophone est un exemple de la fraternité entre les pays francophones de tous les continents dans l’esprit de l’excellence dans l’enseignement et  la recherche médicale.

   

Séminaire d’Epidémiologie Clinique à Iasi (Pr. Pierre Duhaut, Pr. Doina Azoicăi, Pr. Cristian Baicus et d’autres participants)

 

“La recherche clinique. De l’idée à la publication”, RECIF, Lyon, Edit. Masson et la traduction roumaine « Cercetarea clinică de la idee la publicare » Iași, la  Ière édition en 2001 (épuisée) et la IIème édition   en 2003 (épuisée)