Auteur: Doina Azoicăi

 

Abstract: The concern for the social responsibility of the faculties of medicine is very pertinent in the context of the contemporary world. The social challenges in the academia re-orientate priorities related to education and research. These currently benefit from an international consensus as regards assessment and accreditation. In Romania, “Grigore T. Popoa” University of Medicine an Pharmacy of Iaşi took on the role of initiating a national project on social responsibility, with the precise aim at improving the access of population to quality care. The partnership established in this project joins most medicine faculties in the country and “N. Testemițeanu” University of Moldova.

Keywords: social responsibility, faculties of medicine, quality care

Problématique

Jusqu’à présent les Facultés de Médecine se sont toujours contentées de former les médecins, sans envisager cependant de vérifier l’impact de leurs actions sur la société.   La question qui se pose c’est : Est-ce que les Facultés de Médecine ont, au moins partiellement, la responsabilité de comment seront utilisés leurs diplômés?  Très probablement oui: c’est le principe de Responsabilité sociale (RS).

Comme définition la RS des facultés de médecine représente « l’obligation d’orienter la formation qu’elles donnent, les recherches qu’elles poursuivent et les services qu’elles dispensent, vers les principaux problèmes de santé de la communauté, région et/ou nation qu’elles ont comme mandat de desservir » (OMS, 1995)

Une institution socialement responsable doit : répondre aux besoins, aux défis actuels et futurs de la société; réorienter les priorités en matière d’éducation, de recherche et de service en conséquence; renforcer la gouvernance et le partenariat avec d’autres acteurs de la santé ; utiliser l’évaluation et l’accréditation en vue de mesurer et d’améliorer la performance et l’impact. (Consensus : 2010, Boelen : 2012).

Un défi sociétal est un questionnement sur le fonctionnement et l’usage des ressources; le besoin ressenti pour davantage de transparence et de traçabilité; une prise de conscience de plus en plus aigüe du fait que chacun à son niveau peut contribuer au bien-être de tous. (C. Boelen,  Bruxelles 2015)

Comment pourrions-nous  répondre à ces défis qui sont représentés par: l’inadéquation entre le nombre des spécialistes  et les  besoins de santé;  les migrations professionnelles vers les zones (les pays) attractives (attractifs) et la démédicalisation des zones rurales; un manque de volonté de la politique pour la prévention et la promotion du santé; la mobilisation réduite des  citoyens; l’absence de prise en compte des déterminants sociaux de la santé; la dérive vers une marchandisation des services, aux dépends d’un « idéalisme » professionnel. (Crisp : 2014, Boelen : 2008) Pour répondre à de telles questions a été créé un consensus international pour l’évaluation et l’accréditation.

En 2008 un groupe de travail international  a proposé trois phases pour réaliser un inventaire de la situation internationale sur les normes existantes (2008 – 2010).  En 2010 à l’ occasion de la  Conférence Globale de Consensus (East London, Afrique du Sud) ont été établis dix axes thématiques: l’anticipation des besoins de la société et les missions des facultés de médecine; les partenariats avec les acteurs du système de santé; l’évolution du rôle des médecins et des autres professionnels de la santé; les résultats dans le processus d’éducation; la gouvernance des facultés de médecine; le champ d’application des normes; l’amélioration de la qualité; l’institutionnalisation des mécanismes d’accréditation; les principes globaux dans un contexte spécifique; le rôle de la société. (Consensus : 2010)

En ce contexte  la RS ne reprend pas simplement des méthodes, mais c’est une vraie culture. Pour les décideurs des universités, celle-ci occupe une place concrète dans les décisions et les actions de la RS par la participation dynamique des étudiants dans la diffusion et l’appropriation.

La RS  c’est une approche collective, non seulement individuelle et répond à certaines questions qui attendent encore d’être résolues : comment trouver les meilleures réponses aux futurs défis de santé dans la société; comment renforcer cette disposition via les mécanismes d’accréditation, d’auto-évaluation et d’évaluation par les pairs; comment mesurer les progrès réalisés?

 

But du projet national

À cet égard, les Facultés de Médecine de Roumanie et la Faculté de Médecine de l’Université “N.Testemițeanu” Moldova se sont réunis à l’initiative de l’Université de Médecine et Pharmacie “Grigore T.Popa” Iasi en septembre 2015 afin d’analyser l’opportunité de la réalisation d’un projet national. Celui-ci devrait viser à accroître l’accès de la population de la Roumanie et de la Moldavie à des soins de qualité en associant les universités et les facultés de médecine pour fixer des normes élevées de formation des professionnels de la santé, en corrélation avec les besoins des spécialistes identifiés par région et de limiter les conséquences négatives du phénomène de la migration interne et externe.

 

Les objectifs spécifiques

Le projet national se propose de faire:

  1. L’évaluation de la carrière des diplômés en médecine et plus particulièrement en diverses spécialités médicales après avoir fini l’internat;
  2. La réalisation d’un registre/cadastre avec la répartition des spécialistes en fonction du territoire;
  3. L’identification du niveau de satisfaction des professionnels de la santé et de la communauté en prenant en considération les conditions et les services offerts par le système de santé;
  4. L’estimation des facteurs de causalité impliqués dans l’évolution de la migration des professionnels de la santé.

 

Organisation du projet

À l’échelle nationale le projet réunira onze Facultés de Médecine en Roumanie et la Faculté de Médecine de l’Université “N.Testemițeanu” de Chișinău, Moldavie. La coordination est assurée par l’Association des Doyens des Facultés de Médecine Roumanie (ADFMR) et la Faculté de Médecine de Chișinău, Moldavie. Sur le plan régional sont créés quatre inter-régions (Région I: UMF Iași et UMF Chișinău, Région II: UMF București, UMF Craiova, Université de Constanța, Université de Brașov; Région III: UMF Cluj-Napoca, UMF Târgu Mureș, Université de Sibiu, Université d’Oradea, Région IV: UMF Timisoara, Université d’Arad). Les activités de pilotage pour le développement des étapes du projet seront menées par des comités régionaux (deux par région) en partenariat avec les autorités régionales de la santé publique et de la société civile par des représentants des associations des patients. Pour chaque objectif une méthodologie spécifique sera utilisée par les régions, les bases de données collectées seront soumises par les représentants de toutes les facultés à l’analyse des partenaires, analyse réalisée par un groupe de travail nommé par ADFMR pour effectuer cette étape.

 

Méthodes de travail

  1. Devenir des diplômés professionnalisés

La vision proposée contient une composante verticale (qui prend en compte deux aspects: celui  relatif au choix de la spécialité et celui qui vise l’apprentissage pendant la formation) et une composante horizontale visant effectivement à améliorer le cheminement de la  carrière. L’analyse ethnosociologique comprend des données sur les attentes des étudiants (entrée) et des considérations sur les choix envisagées à l’ avenir quant à la spécialisation  (sortie) pour une meilleure orientation professionnelle. Il est établi de faire également  l’analyse des critères pour le choix de la spécialité par les étudiants et la création d’une base de données utilisable à long terme et qui pourraient influer sur les principes de la réforme des curricula des formations universitaires. Un questionnaire sera mis en place en adéquation avec les données locales spécifiques et celui-ci sera achevé dans le cadre des départements d’orientation professionnelle qui existent dans les universités / facultés de médecine. Il consiste à identifier tous les aspects qui guident le développement de la carrière des jeunes médecins.

Une enquête exploratoire est réalisée par le biais de ce questionnaire et celle-ci sera appliquée aux étudiants en dernière année, aux internes en première  année et  après cinq ans à compter de la première évaluation. Dans un premier temps, celui-ci sera suivi par l’application de questionnaires de validation pour cinquante répondants de chaque catégorie. Après, cet outil d’évaluation de validation sera appliqué aux personnes comprises dans l’échantillon de l’étude. Les données sur les personnes interrogées et les réponses obtenues à partir du questionnaire seront introduites dans une base de données comprenant des identifiants (nom, adresse, numéro de téléphone, adresse e-mail) pour faciliter le contact périodique pendant l’évaluation. Les questionnaires sont créés de façon à assurer pour chaque participant la confidentialité des réponses données. La gestion de la base de données sera la responsabilité des décanats. La réalisation des conditions optimales pour l’application des questionnaires et la gestion des bases de données est accomplie en obtenant l’accord du Comité d’éthique de la recherche de chaque université impliquée dans le  projet.

  1. Réalisation d’un registre/ cadastre des spécialistes en fonction du territoire

Une étude transversale sera réalisée pour évaluer le nombre de médecins des diverses spécialités médicales pour chaque domaine dans les régions comprises dans l’étude. Les données seront collectées à partir des documents existants à la Direction de Santé Publique en 2016. Une évaluation épidémiologique sera faite sur la morbidité (l’incidence, la prévalence) des maladies fréquentes dans les régions comprises dans la recherche. L’analyse statistique descriptive des données fournira des informations sur: les spécialités représentatives pour chaque région étudiée en corrélation avec les particularités démographiques de la population de la région respective (caractéristiques selon l’âge et la répartition par sexe) et de la morbidité selon les principales causes de la maladie. Il est prévu de dresser une carte de la répartition des médecins par spécialité afin que les besoins puissent être évalués en termes de personnel médical qualifié et qu’on estime le nombre d’internes requis pour les spécialités déficitaires et en tenir compte quand on projette  la formation au niveau de l’internat.

 

  1. Satisfaction des professionnels de la santé et de la communauté.

La recherche vise d’un côté à obtenir une vision sur le niveau de satisfaction des jeunes professionnels de la santé par rapport aux possibilités d’évolution dans  la carrière offerte par le système de santé et d’un autre côté de repérer le niveau de satisfaction de la communauté en ce qui concerne la qualité des services médicaux en Roumanie et en Moldavie. C’est l’enquête de satisfaction qui a été utilisée en tant qu’outil pratique créé pour servir les méthodes de mesure du degré de satisfaction des diplômés des facultés de médecine, des internes et des jeunes spécialistes face aux conditions existantes et influant leur insertion professionnelle et de même pour la mesure de la satisfaction des membres de la communauté face à la qualité des services de santé. Dans la réalisation de ce projet de recherche se sont réuni des représentants des universités de médecine et des responsables territoriaux des institutions compétentes dans les politiques de santé. Ceux-ci seront informés sur les résultats de l’application du concept de la satisfaction au travail, à savoir: la qualité de vie et les quatorze besoins fondamentaux des individus. L’instrument utilisé comprend dix dimensions, à savoir: l’aspect financier, la santé, l’éducation, le statut médical, les conditions liées au travail, à la sécurité au travail, la situation économique et politique du pays, les loisirs et les activités sociales, la satisfaction globale de la vie et l’état actuel.

Les questionnaires seront individualisés: le questionnaire de satisfaction pour les étudiants; l’enquête de satisfaction pour les internes; l’enquête de satisfaction pour les jeunes spécialistes; l’enquête de satisfaction pour les membres de la communauté sociale. Les trois premiers questionnaires sont presque identiques pour les catégories de répondants respectives, mais le libellé de certains articles a été modifié pour correspondre à la catégorie particulière à laquelle il est adressé. La quatrième enquête, qui mesure la satisfaction de la communauté par rapport aux conditions offertes par le système de santé roumain, a été élaborée à la suite d’une recherche dans la littérature de spécialité et sera appliquée de façon aléatoire aux personnes qui ont bénéficié directement, ou bien qui avaient dans leur entourage des gens qui ont bénéficié des services du système de santé de Roumanie.

 

 

  1. Causalité du phénomène de la migration des professionnels de la santé

Pour arriver à une représentation sur la fonctionnalité actuelle du système de santé il est nécessaire  d’avoir des connaissances précises et de faire  une analyse de la causalité de la migration parmi les médecins de Roumanie et de Moldavie. L’identification des raisons y impliquées peut influencer certaines décisions pour réduire ou arrêter ce phénomène.

Le projet vise à réaliser, par des méthodes et des outils de recherche pratiques, un classement en fonction des solutions opérationnelles qui assurent une meilleure satisfaction des professionnels de la santé et de la population, ce qui est censé contribuer à réduire la migration interne et externe. Le questionnaire proposé pour être utilisé comme outil de travail a été développé après une activité conjointe des doyens  des Facultés de Médecine participant au projet et complété par des informations obtenues par le biais d’une évaluation en ligne menée auprès des internes, avec la participation de plusieurs médecins et spécialistes de Iasi. Ils devaient répondre à quatre questions qui visaient leur intention d’émigrer, leur statut professionnel, mais également les raisons pour lesquelles ils ont émigré et comment il serait envisageable de rentrer chez eux après une période de pratique du métier à l’étranger. Dans le cadre de cette enquête ont été pris en considération des concepts psychologiques tels que la satisfaction au travail, la qualité de la vie et la satisfaction des quatorze besoins fondamentaux des individus, y résultant sept dimensions: l’aspect financier, le respect, l’apprentissage, les conditions de travail, la corruption, le système médical roumain et les conditions de vie.

 

Validation

La validation des questionnaires se fera en interrogeant cinquante répondants et par la suite celui-ci sera appliqué à un échantillon représentatif pour chaque catégorie comprise dans la recherche. Le traitement statistique des donnes sera effectué dans chacune des inter-régions, en assumant chacune la responsabilité de créer une base de données et d’assurer la confidentialité des réponses.

 

Les perspectives ouvertes par le projet

Les résultats du projet seront utilisés pour proposer aux décideurs des politiques censées améliorer la qualité des soins de santé au niveau national, en identifiant le nombre de spécialistes nécessaires pour résoudre les problèmes liés à la santé de la population dans chaque région et agrandir l’implication des universités dans leur préparation en corrélation avec les besoins. Le projet se propose également d’identifier et de corriger les causes qui peuvent entraîner une diminution de la satisfaction des professionnels et de la population en ce qui concerne le système de santé et d’envisager des actions en Roumanie et en Moldavie afin de limiter le phénomène de la migration des médecins, tantôt à l’intérieur du pays (rural-urbain)  qu’à l’extérieur, vers les divers pays du monde.

Bibliographie

  1. *** Consensus Mondial sur la Responsabilité Sociale des Facultés de Médecine, 2010

  2. Charles Boelen, Shafik Dharamsi, Trevor Gibbs, The Social Accountability of Medical Schools and its Indicators, Education for Health , 2012, 25 ,  3

  3. Crisp N. Chen L. Global Supply of Health Professionals, N Engl J Med 2014; 370:950-957, DOI: 10.1056/NEJMra1111610

  4. Charles Boelen, Paul Grand’Maison, Joël Ladner, Dominique Pestiaux ,  Social accountability and accreditation. A new frontier for educational institutions, Pédagogie Médicale 2008; 9 (4): 235–244